Félicitations ! Vous êtes en haut ! En sortant de la terrible montée Saint-Sébastien, vous arrivez au Gros Caillou. Vous n’êtes pas prêt d’en trouver un aussi imposant dans votre jardin ! Selon les spécialistes, il aurait été amené à Lyon par l’eau découlant de la fonte des glaciers. Et vous ne devinerez jamais où il a été retrouvé… DANS LE MÉTRO ! Plus exactement dans le “futur” tunnel du funiculaire, entre Croix-Paquet et Croix-Rousse, dont vous avez aperçu le départ en contrebas.

Cette ficelle à un sou (soit cinq cents de franc) était la 3e ligne de funiculaire de Lyon, et la plus courte. Construite dans les années 1890, elle a été fermée puis intégrée au sein du réseau de métro lyonnais en 1970. C’est aujourd’hui le seul métro funiculaire du monde.

Partant de plus bas que sa ficelle concurrente de la Rue Terme où nous passerons plus tard, elle permettait un meilleur acheminement des marchandises au plateau, via un “truck” à l’arrière des voitures de voyageurs, qui avaient le choix entre rester debout ou s’asseoir sur des bancs de bois rembourrés. Sympa la 1ere classe n’est-ce pas ? Notons qu’à son inauguration, les recettes furent entièrement reversées à une oeuvre caritative.

Avant de continuer votre route, jetez tout de même un oeil au panorama : d’ici vous apercevez tout l’est lyonnais, et notamment le parc de la tête d’Or et la cité internationale, qui bordent le Rhône.

Sources :
LUC Robert, Les pentes de la Croix-Rousse au fil du temps, Éditions du Mot Passant, 2003, 120p, (Collection Au fil du temps)
RAFFAËLLI-PERAUDIN Laure & CHUPIN Béatrice, Le Piéton de Lyon, Rando Éditions, 2011, 64p