Vous êtes à l’une des 3 entrées de la Cour des Voraces. Vous en avez aperçu une autre dans la rue Imbert Colomes. La cour est un des hauts lieux de la révolte Canut. Certes, pas LA révolte Canut, mais elle démontre bien le caractère militant de la Croix-Rousse. L’histoire raconte que les ouvriers canuts s’y rassemblaient pour lutter contre le vin au litre. Pourquoi donc ? Parce que les cafés et restaurants ne le servaient que par bouteille de… 48cl ! Qu’auriez-vous fait à leur place ?

Il y a néanmoins une autre hypothèse quant au nom de la place : Lieu de rassemblement des compagnons mutualistes du Devoir Mutuel, ceux-ci auraient été surnommés “Devoirants”, puis “Dévorants” et enfin… Voraces ?

Finissons par ce fameux escalier, qui monte le long des 6 étages de logement. Ils ont été réhabilités récemment par le prêtre catholique Devert, très soucieux des problématiques de logements sociaux.  Vous la verrez sous un autre angle à l’approche de la place Colbert, plus tard sur notre chemin. Pour l’heure, dirigeons nous vers cette même place Colbert afin de reprendre un peu notre souffle !

Sources :
LUC Robert, Les pentes de la Croix-Rousse au fil du temps, Éditions du Mot Passant, 2003, 120p, (Collection Au fil du temps)
LACROUX Louis-François, La Croix-Rousse en flânant, Éditions Xavier Lejeune, 2000, 112p
RAFFAËLLI-PERAUDIN Laure & CHUPIN Béatrice, Le Piéton de Lyon, Rando Éditions, 2011, 64p